Communion avec la paroisse de St Augustin de Rennes

Des années de rencontres entre D&J-Rennes et l’Evêché au fil des00croix évêques successifs (3, 4 ?…), toujours teintées de leur part de courtoisie onctueuse et d’écoute policée avec systématiquement à la clé une … impasse !
Puis début 2015, une main tendue, celle de parents marqués par cette différence qui s’est propagée à une équipe de paroissiens, inspirés de l’enseignement du Christ et de ses exigences plus que du souci du Dogme :
Dans le cadre du Jubilé de la Miséricorde, insufflé par le pape François, la paroisse rennaise St Augustin, mettant en pratique l’enseignement de Jésus à l’éclairage du vécu de ce dernier, a programmé une trilogie d’accueil en direction de nombre d’exclus de l’Eglise : Personnes ayant un handicap, divorcés remariés puis les gays et lesbiennes.
Au menu pour D&J, la messe du samedi soir et celle du dimanche matin, puis une autre messe à venir, qui sera suivie d’une rencontre plus approfondie avec les paroissiens. Tout ce projet est régulièrement préparé à égalité et en confiance en amont avec l’équipe paroissiale.
Pour la première messe, le heureux hasard du calendrier nous offre la Samaritaine : L’accueil sans jugement de Jésus pour une femme jugée et exclue de sa communauté.
L’homélie du prêtre, en la circonstance celle du diacre, mérite une mention particulière. Elle sera volontairement entrecoupée par le témoignage touchant d’un membre du groupe. La fin de messe donnera l’occasion de présenter l’association à l’assemblée par un extrait de notre Charte puis l’invitation formelle à l’après-midi d’échange qui suivra la prochaine messe. Et bien que rien ne l’y obligeait, le prêtre présidant cette eucharistie effectuera « l’envoi » avec un remerciement appuyé pour notre participation.
Cette première expérience, si riche d’émotion se termine par l’expression spontanée et discrète de quelques paroissiens et paroissiennes. Entre autres, cette femme âgée, venue nous remercier et nous dire la nécessité de verbaliser ce type de vécu : Son mari était homo, avec le poids du respect des conventions qui aura durement éprouvé les membres de cette famille. Une autre, plus jeune nous félicitant …
Une fois passée la rencontre d’avril, se posera la question de la pérennité d’une telle initiative : Continuer à cheminer ensemble, sous quels aspects, quelles formes ?…
Continuer à verbaliser, à témoigner. Ne serait-ce par exemple que pour ces adolescent(e)s découvrant leur homosexualité, qui selon les statistiques formelles ont 13 fois plus de risques du suicide que les autres.
Affaire à suivre donc, avec toutes les bonnes volontés afin d’éviter l’épuisement des membres d’un groupe D&J-Rennes pas si puissant qu’il ne le faudrait face à ce défi que nous adresse la paroisse Saint-Augustin : Pour une fois que l’Eglise nous sollicite !…

Christophe