Une répétition à l’opéra et une soirée Zinzin

Se rendre à un spectacle, quel qu’il soit, de rue, de théâtre, d’opéra, ou toute autre manifestation culturelle donne quand on a face à soi des professionnels et/ou des amateurs passionnés, l’illusion de la facilité et de l’évidence.
Aller aux répétitions, c’est-à-dire entrer dans les coulisses de l’art, met en exergue les difficultés, les écueils de l’art auxquels les artistes donnent leurs talents. Tout est à recréer !
L’Opéra de Rennes ouvrait ses portes samedi 6 mai, le temps des répétitions de Carmen, de Georges Bizet : Synergie entre les acteurs-chanteurs, le maître de cœurs, le metteur en scène, les musiciens pour la construction d’un édifice, pierre après pierre, avec les ratés, les recommencements, les incompréhensions mutuelles, puis le début enfin d’une cohérence commune, comme l’ accouchement lent d’une esthétique visuelle et musicale, et devoir tout recommencer pour l’élaboration de l’acte suivant.
D&J y était. Une dizaine d’entre nous ont donc apprécié cette construction chorégraphique et musicale qui s’est terminée pour les spectateurs (un peu voyeurs du fait même du caractère de la répétition) en apothéose lyrique avec l’aria de « l’amour est un oiseau rebelle » du premier acte enfin réalisé.
Ténor, baryton, cœurs et soprano à cœur-joie ; pour nous remettre de telles émotions, il nous a fallu pas moins d’un pot en terrasse de café puis d’un dîner en ville pour terminer cette journée culturelle.
Cent mille millions de mille mercis à Thierry pour cette organisation culturelle …

Christophe