Henri Lemay, prêcheur aux propos dangereux

Aux évêques de Bretagne

À l’association Debout Resplendis

Rennes et Quimper, le 26 mars 2018

Chers Pères Évêques de la Bretagne,

Chers responsables de l’association Debout Resplendis,

Nous faisons partie de l’association David & Jonathan, mouvement homosexuel chrétien, et nous avons été alertés sur la présence de monsieur Henri Lemay comme orateur à l’une des sessions de « Debout Resplendis » prévue du 5 au 8 avril 2018.

Nous avons pris connaissance du contenu de « Formation en guérison chrétienne quatrième niveau, 2e édition mars 2013, sexualité humaine occultisme et spiritisme par monsieur Henri Lemay » et nous sommes plus qu’inquiets de son enseignement.

Dans un communiqué de presse du 27 mars 2015, « après étude des enseignements donnés par M. Henri Lemay, les évêques romands demandent à M. Henri Lemay de s’abstenir de tout enseignement et prédication en Suisse Romande, jusqu’à nouvel ordre. » (http://www.eveques.ch/nous/cor/documents/nominations-renouvellements-de-mandats)

On peut en effet questionner les fondements tant bibliques que théologiques, mais surtout en matière de psychologie de ses enseignements.

Au-delà du lien choquant qui est fait dans le texte de monsieur Lemay avec la pédérastie voire avec la pédophilie, nous souhaitons vous mettre en garde sur les discours de « guérison » de l’homosexualité, y compris lorsqu’il est question de “guérison spirituelle” ou de “thérapie spirituelle”.

Non seulement l’homosexualité n’est pas une maladie, ni une quelconque « déviance sexuelle » ou « dépendance sexuelle », mais ce discours est culpabilisant pour les personnes homosexuelles voire pour leurs parents puisqu’il y est présupposé une blessure : « le priant doit trouver les causes de l’orientation sexuelle dans les blessures ou les mécanismes d’adaptation in utero, de la petite enfance, de l’adolescence ou de la vie adulte ».

Il est aujourd’hui connu que de tels discours peuvent conduire à des « faux souvenirs induits » qui peuvent être d’une particulière gravité dans la vie de la personne elle-même ainsi que dans sa vie relationnelle avec ses proches.

Le texte de monsieur Lemay cite l’organisation Exodus qui prétendait « convertir » les personnes homosexuelles pour en faire des personnes hétérosexuelles. Or, le 19 juin 2013, son président, Alan Chambers, a annoncé la fin d’Exodus International en déclarant : « Je suis désolé que plusieurs d’entre vous aient passé des années dans la honte et la culpabilité que vous avez ressenties quand votre orientation sexuelle n’a pas changé. Je suis désolé que nous ayons promu le changement d’orientation sexuelle et des théories réparatrices sur l’orientation sexuelle qui stigmatisaient les parents. »

Nous pouvons témoigner que ce n’est pas l’homosexualité qui est destructrice mais l’homophobie qui pousse à la détestation de soi d’une manière ou d’une autre.

Nous pouvons témoigner également du temps qu’il faut aux personnes homosexuelles pour se reconstruire lorsqu’elles ont été meurtries par de tels discours et par la confiance qu’elles avaient mises dans ce qu’elles croyaient être des chrétiens de référence.

Nous pouvons témoigner enfin que la pression sociale et religieuse qui pousse des personnes homosexuelles à se croire hétérosexuelles et à vivre une conjugalité avec une personne de l’autre sexe ne conduisent pas à une vie conjugale heureuse.

Louer Dieu de tout son être avec des frères et sœurs en Christ peut être source d’une joie profonde et être libérateur. Mais cela peut devenir mensonger si les encadrants ne font pas preuve d’une extrême probité dans ce qui fonde leur accompagnement des personnes.

Il nous a donc semblé de notre responsabilité de vous avertir de la dangerosité de tels discours.

Fraternellement en Christ

Denis pour le groupe de Rennes

Étienne pour le groupe du Finistère